Vendredi 2 novembre 2018

Editorial de Novembre : Tous appelés à la sainteté !

0 vote

Ouf, ça y est ! L’année pastorale expérimentale 2017-2018 a été bouclée.
Lancement ! tâtonnement ! essoufflement ! Parfois, lassitude ou découragement… Nous vous laissons le loisir de multiplier les qualificatifs.
Toujours est-il que depuis deux mois exactement, nous avons démarré notre deuxième année en tant que Communauté Pastorale du Pays de Guingamp.
L’avons-nous démarrée sur les chapeaux de roue, édifiés par notre petite expérience ? Difficile de nous prononcer.

Nous ravisant, nous avons quelque peu changé le mode de fonctionnement en passant du nomadisme mensuel à une relative sédentarisation. Désormais, curés in solidum, nous sommes référents d’une ou de deux paroisses. Beaucoup de visages nous seront familiers et nous saurons effectivement mettre des noms sur ceux-ci.
Souvent moins présents en amont et intervenant surtout au niveau de l’exécution, nous avons décidé de nous impliquer, autant que faire se peut, aussi bien en amont qu’à l’aval de nos différentes tâches pastorales.
Le début de cette nouvelle année pastorale aura été marqué par l’élaboration de nombreux plannings (messes, pardons, baptêmes, mariages), au lancement des rentrées KT sur nos cinq paroisses et à la célébration de la semaine missionnaire au mois d’octobre dernier.
S’agissant de la rentrée KT intervenue au mois de septembre, beaucoup d’inquiétude au regard du peu d’inscrits enregistrés. Nous ne nous alarmons pas outre mesure car le constat semble général sur toute notre juridiction diocésaine, à quelques exceptions près. Peut-être le pallierons-nous par une présence plus visible et régulière dans nos écoles privées catholiques. Appelés à la sainteté
Le mois de novembre s’ouvre, comme d’habitude, avec la solennité de la TOUSSAINT. DE tous les Saints ! Une fête que nous allons célébrer cette année dans la foulée de la dernière et récente exhortation du Saint Père, S.S. le pape François, La Joie et l’Allégresse.
Pour être saint, nous écrit-il, « il n’est pas nécessaire d’être évêque, prêtre, religieuse ou religieux. Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. » Et de préciser en évoquant quelques cas concrets : « Es-tu une consacrée ou un consacré ? Sois saint en vivant avec joie ton engagement. Es-tu marié ? Sois saint en aimant et en prenant soin de ton époux ou de ton épouse, comme le Christ l’a fait avec l’Église. Es-tu un travailleur ? Sois saint en accomplissant honnêtement et avec compétence ton travail au service de tes frères. Es-tu père, mère, grand-père ou grand-mère ? Sois saint en enseignant avec patience aux enfants à suivre Jésus. As-tu de l’autorité ? Sois saint en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels ».

Par contre, ne sera sûrement pas sanctifiante une tâche accomplie sous l’impulsion de l’anxiété, de l’orgueil, du besoin de paraître et de dominer. « Le défi, déclare le saint Père, c’est de vivre son propre engagement de façon à ce que les efforts aient un sens évangélique et nous identifient toujours davantage avec Jésus-Christ ».

Alors ! Tous et chacun avec son statut spécifique et dans son rôle au sein de notre Communauté pastorale, engageons-nous dans cette « course » pour prendre notre place dans le cortège de tous les Saints.

abbé Georges Mutshipayi