Lundi 16 avril 2018 — Dernier ajout vendredi 27 avril 2018

Homélie du 3e dimanche de Pâques

0 vote

(Homélie prononcée par le père Guy Marzin le 3e dimanche de Pâques.)

Nous venons d’entendre la fin du chapitre 24 de l’évangile de saint Luc. Jésus ressuscité apparait aux Onze disciples, fait une catéchèse pour fortifier leur foi, et termine son discours en disant : « A vous d’en être les témoins. » Jésus ressuscité s’adresse aux Onze disciples, mais aussi à tous les chrétiens au long de l’histoire…

Nous savons depuis les premiers temps de l’Église, que nous sommes témoins de la foi chrétienne par les paroles mais aussi par les actes. Mais on se demande souvent comment être des témoins de la foi dans le monde d’aujourd’hui, marqué par la sécularisation, le consumérisme, etc ? Nous voulons être missionnaires de l’Évangile, mais comment ? Le pape François, dans un discours en octobre 2013 (Message du pape aux participants à l’assemblée plénière du Conseil Pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation – le 14 octobre 2013), quelques mois après son installation comme évêque de Rome et successeur de l’Apôtre Pierre, avait donné trois pistes pour une Eglise missionnaire. La primauté du témoignage. Aller vers les autres. Avoir une pastorale centrée sur l’essentiel. Je vous propose de méditer sur ces trois pistes proposées par le pape pour l’évangélisation.

1) La primauté du témoignage.

On le dit souvent, mais il est bon de le redire ; on témoigne de la foi autant par les actes que nous posons que par notre discours. Saint Jean, dans sa première lettre, le dit admirablement : « Nous devons aimer : non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. » (1 Jn 3,18) Il est important, que nous chrétiens, montrions que nous vivons la foi d’une manière concrète, à travers notre vie de prière, notre participation à l’eucharistie dominicale, notre charité, notre engagement pour un monde plus juste et plus fraternel. On peut, de temps en temps se dire : Qu’est ce que je donne à voir de la foi auprès des gens qui m’entourent ? Donnons à voir la chaleur de la foi, la joie d’avoir rencontré le Christ ! Pour le pape, il faut des chrétiens qui rendent visible aux hommes d’aujourd’hui la beauté de l’Evangile.

2) Aller vers les autres.

Au cœur de la foi chrétienne il y a cette conviction : Dieu est sorti de sa condition divine pour venir à notre rencontre. (cf : Noël) Saint Jean, dans son Évangile nous dit : « Le Verbe, La Parole, Dieu lui-même, s’est fait chair et il a habité parmi nous. » (Jn 1, 14) Nous croyons en Dieu qui est en sortie. En regardant Jésus dans les évangiles, nous voyons qu’il va souvent à la rencontre des autres, sans distinction, aucune… Le chrétien est lui aussi invité, à la suite de Jésus, à aller à la rencontre des autres, à engager un dialogue avec ceux qui ne pensent pas comme nous, ceux qui ont une autre foi, ou qui n’ont pas la foi du tout. L’Église, c’est-à-dire chacun de nous, doit se faire dialogue, conversation. (Paul VI) N’ayons pas peur de rencontrer les autres, comme ils sont avec leurs joies et leurs peines, leurs réussites et leurs échecs.Chacun peut réveiller l’espérance chez quelqu’un d’autre.

3) Avoir une pastorale centrée sur l’essentiel.

Tout ce que nous organisons dans l’annonce de la foi, en catéchèse, en préparant les sacrements, en accompagnant les adultes, doit être centré sur l’essentiel de la foi, c’est-à-dire sur Jésus Christ. Dans ce que nous organisons en paroisse, en équipe, en EAP, etc. nous devons nous demander si nos activités permettent la rencontre avec la personne de Jésus Christ. Une question peut nous faire tous avancer : Toute notre organisation pastorale, rend-elle visible l’essentiel, Jésus Christ ? A travers ce que nous mettons en place, chacun doit pouvoir trouver son chemin de foi, son chemin pour rencontrer le Christ vivant. Gardons toujours présent à l’esprit les paroles de l’Évangile de Jean : « La vie éternelle c’est de te connaître, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. » (Jn 17,3) La joie de l’Évangile est un trésor à partager. À nous tous d’en être les témoins. Amen. Abbé Guy Marzin