Échos de la Semaine Missionnaire (13-20 octobre) : rappel des temps forts ! Enregistrer au format PDF

Mercredi 30 octobre 2019
0 vote

Du 13 au 20 octobre, la Semaine Missionnaire de la Communauté Pastorale du Pays de Guingamp nous a mis en route. Témoignages, moments de partage, de réflexion, de prière, nous avons vécu un temps « au cœur de nos fragilités », pour mieux aller vers Dieu et vers nos frères. En voici un petit compte-rendu. (Voir aussi l’article : https://paroisse-guingamp.catholique.fr/Semaine-missionnaire-2019-dans-la-phase-active.html)

Lundi 14 octobre

C’est un petit nombre de paroissiennes et paroissiens qui ont accepté de débattre sur « l’avenir de l’Église ». Il s’agissait de réagir à partir de cinq propositions, en travaux de groupes avec ensuite une mise en commun. Beaucoup ont souhaité davantage d’ouverture, davantage de participation active aussi de la part des fidèles. Nul n’a prétendu disposer de « solutions » aux difficultés de l’Église, mais chacun a pu s’exprimer et étayer ses convictions, dans un climat d’écoute mutuelle.

Mardi 15 octobre, au cinéma Les Korrigans

Le film Prendre soin (de Bertrand Hagenmüller ; documentaire d’immersion dans le quotidien de quatre soignants évoluant dans les unités Alzheimer de maisons de retraite) a attiré un bon public : tant de familles sont touchées par cette maladie. Un débat a permis d’entendre notamment le témoignage de Madame la Directrice de la résidence EHPAD-Kersalic (Guingamp), qui a fait part du ressenti des soignantes et soignants, et de nouvelles façons d’entrer en relation avec malades et familles. Un moment émouvant !

Mercredi 16 octobre, à Bégard

« Comment vivre le handicap différemment », c’était le titre du temps de témoignage offert par la famille Panato qui a vécu une immersion de trois semaines au Liban. En cliquant sur le Pdf ci-dessous, on en trouvera le compte-rendu rédigé par Justine Guilbaud, responsable de la communication au diocèse de St-Brieuc et Tréguier. Merci, Justine, pour le texte et pour la photo !

Article de Justine Guilbaud sur le témoignage de la famille Panato -  PDF - 300.2 ko
Article de Justine Guilbaud sur le témoignage de la famille Panato
Famille Panato à Bégard (Photo J. Guilbaud)
Famille Panato à Bégard (Photo J. Guilbaud)

Jeudi 17

Un groupe plus important est venu écouter les témoignages de personnes qui, « au cœur de leurs fragilités », ont trouvé un appui dans leur vie de foi et dans la prière. Merci à Anne-Pierre et Serge, ainsi qu’à Élisabeth et à Mireille, qui nous ont exprimé, souvent avec émotion, les récits retraçant leurs expériences. Parmi les auditeurs, beaucoup y ont trouvé des échos de leurs propres soucis. Ni la maladie ni le deuil n’ont ébranlé la foi de ces témoins, qui en sont même sortis renforcés dans leur foi. Tous sont actifs dans la vie des paroisses, malgré les difficultés. Tous ont également souligné l’importance du soutien des proches et des amis (amitié et fidélité), et également la nécessité de ne pas rester enfermé dans sa souffrance. Merci à Élisabeth de nous avoir donné cette prière du pape François :

Ne pleure pas sur ce que tu as perdu,
Lutte pour ce que tu as.
Ne pleure pas sur ce qui est mort,
Lutte pour ce qui est né en toi.
Ne pleure pas sur qui t’a abandonné,
Lutte pour celui qui est avec toi.
Ne pleure pas sur celui qui te hait,
Lutte pour celui qui t’aime.
Ne pleure pas sur ton passé
Lutte pour ton présent.
Ne pleure pas sur ta souffrance,
Lutte pour ton bonheur.
Avec toutes les choses qui nous arrivent,
Nous apprenons
Que tout problème a sa solution,
Il faut simplement aller de l’avant.

Soirée du 17 : père X. De Guibert, Elisabeth, Anne-Pierre, Mireille, Yannick
Soirée du 17 : père X. De Guibert, Elisabeth, Anne-Pierre, Mireille, Yannick
Jeudi 17 l'assistance
Jeudi 17 l’assistance

Vendredi 18 octobre

Benoît Gosselin (diacre permanent, délégué épiscopal à la Diaconie de l’Église) et son épouse Isabelle ont témoigné de leur mission auprès des plus pauvres. D’emblée, Benoît déclare que nos fragilités peuvent avoir un sens : « Notre humanité est un chemin qui nous permet de nous découvrir fragiles, vulnérables. » « Accepter sa fragilité et un chemin de paix. » Il cite cette parole de Mélanie, femme handicapée : « La lumière nous est donnée peu à peu pour éclairer un chemin auquel on n’avait pas pensé. » Isabelle et lui expérimentent chaque jour que « la rencontre de l’autre est source de joie », insistant sur l’appel missionnaire « à servir le bien de façon à entrer dans une véritable fraternité. » « Le lien qui nous unit est essentiel pour humaniser le monde. […] Le chemin du service fraternel apporte bonheur et joie venant de Dieu : un chemin de bonheur en fait ! » Toute une réflexion qui parle au cœur de celles et ceux qui veulent se tenir dans la proximité des pauvres et des souffrants, attitude évangélique par excellence.

Benoît et Isabelle Gosselin
Benoît et Isabelle Gosselin

Samedi 19 octobre

Grosse journées pour celles et ceux qui se sont investis dans les activités de ce samedi. Dès 9 h 30, une équipe animée par Guénolé, avec paroissiens et paroissiennes, diacres, est allée à la rencontre des passants dont une bonne partie se rendaient au marché à proximité de la basilique. Rencontres ponctuées par la possibilité de partager des gâteaux, un café, un jus de fruits. Les personnes se voyaient remettre une belle image avec le Notre Père, et pouvaient inscrire un nom sur un papier qui sera ensuite déposé lors de la prière du soir à Pabu. Des confidences, et aussi, de la part de certains, l’expression de tout ce qui est reproché à Dieu, à l’Église, à la société… Il fallait que cela fût dit, et les « écoutants », qui en ont pris pour leur grade, ont ainsi entendu, en filigrane, ce que les gens attendent des chrétiens : plus de transparence, de justice, d’honnêteté, plus d’humanité en somme.

Avec le père Droumaguet : l’écoute bienveillante
À 14 h 30, chez les sœurs de Kerprat, une soixantaine de personnes ont suivi une initiation à « l’écoute bienveillante », dispensée avec brio et pédagogie par le père Gaël Droumaguet.

Père Gaël Droumaguet
Père Gaël Droumaguet

Gaël est pédagogue et sait faire passer son enseignement par une dose d’humour et des petites marionnettes expressives, pour faire comprendre par exemple les différentes façons de réagir à un accès de mauvaise humeur d’un interlocuteur irascible.
Comment être disponible à l’autre ? Comment être présent à la présence de Dieu ? Quels sont les obstacles à la communication ? Comment développer l’empathie, cette qualité d’écoute et de présence à l’autre ? Comment gérer ses émotions ? Autant de questions qui appellent à de longs développements…
Le père Gaël Droumaguet reviendra nous proposer une formation plus développée au printemps prochain. Si l’on en juge par l’affluence de ce samedi à Kerprat, nul doute que cette formation arrive à point. C’est le père Guy Marzin, curé, qui présentait cette soirée.

Chacal et Girafe
Chacal et Girafe
19 octobre (écoute bienveillante) : l'assistance (montage photo)
19 octobre (écoute bienveillante) : l’assistance (montage photo)
Père Guy Marzin
Père Guy Marzin

À 20 h 30, à l’église de Pabu, avait lieu la soirée de prière selon le modèle de Taizé : refrains méditatifs repris en boucle. Une manière paisible d’aller vers le dimanche. Merci à Élisabeth Arzul et au groupe d’animation (chant, instruments de musique) qui ont su préparer et mener à bien cette soirée à laquelle ont participé un bon nombre de personnes dans un réel climat de recueillement.

Veillée de Taizé
Veillée de Taizé
Autel de Pabu (prière de Taizé)
Autel de Pabu (prière de Taizé)

Dimanche 20

La marche vers le Ménez-Bré : quelques 25 personnes courageuses ont effectué le périple concocté par René-Marc. Une belle balade, avec un temps de prière, mais qui s’est achevée dans un copieux arrosage d’automne ! Marche pluvieuse, marche heureuse ! Merci à Philippe Cochennec pour la photo.

Les pèlerins du Ménez-Bré / Pirc'hirined Tosenn-Vre
Les pèlerins du Ménez-Bré / Pirc’hirined Tosenn-Vre

Au cours de la messe de clôture (église de Pédernec, mess’zic), notre évêque Mgr Denis Moutel, en présence d’une belle assemblée réunissant toutes les générations a établi le lien entre notre démarche missionnaire, les intentions du pape François pour le mois d’octobre que l’Église consacre désormais à une effort missionnaire particulier, et le premier décret du synode diocésain (LS. 1). Celle-ci demande qu’il y ait une semaine d’évangélisation chaque année dans les zones pastorales. Merci à Yannick, Dominique et toute l’équipe des chanteurs-chanteuses, musiciens et musiciennes. Merci à Christiane, aux membres du relais de Pédernec et de la paroisse de Bégard-Belle-Isle qui ont préparé cette messe et la collation au chocolat chaud qui l’a suivie.

Loïc Blin, animateur
Loïc Blin, animateur
Mess'zic à Pédernec : animation musicale I
Mess’zic à Pédernec : animation musicale I
Mess'zic à Pédernec : animation musicale II
Mess’zic à Pédernec : animation musicale II
Mess'zic à Pédernec : animation musicale III
Mess’zic à Pédernec : animation musicale III
Fin de messe à Pédernec
Fin de messe à Pédernec

Merci ! Bennozh Doue !

« Merci » est d’ailleurs le mot qui vient à l’esprit au terme de cette semaine intense, qui a été vécue comme un temps de formation par les uns, un temps de retraite aussi par d’autres car à l’évidence l’esprit missionnaire était présent, et cet Esprit nous envoie vers nos frères, moins pour les transformer que pour nous convertir nous-mêmes. Merci à toutes, à tous, aux sœurs augustines de Kerprat, à toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin à l’organisation de ces temps forts… Dieu merci !

Dessin d'enfant du catéchisme
Dessin d’enfant du catéchisme