Homélie du père Guy Marzin (7e dimanche de Pâques, année C – dimanche 2 juin 2019) Évangile 17, 20-26 Enregistrer au format PDF

Mardi 4 juin 2019 — Dernier ajout jeudi 19 septembre 2019
0 vote

Le passage de l’évangile que nous venons d’entendre est un extrait du chapitre 17 de l’évangile de saint Jean, consacré à la longue prière de Jésus, la veille de sa mort sur la croix. Oui, Jésus a prié longuement le jeudi saint. Il a prié pour lui-même, pour qu’il soit fidèle à la volonté du Père. Il a prié pour ses disciples. Il a prié pour tous ceux qui au cours de l’histoire croiraient en lui., il a prié pour nous !

Prier, voilà quelque chose de bien spécifique à tous les croyants. On ne peut pas se déclarer chrétien et ne jamais prier ! La prière est le lieu privilégié de la rencontre avec Dieu, le lieu privilégié de la foi. Mais c’est quoi prier ? Je vous donne un exemple entendu quand j’étais curé de Rostrenen. (Exemple de deux dames demandant de prier pour deux jeunes filles qui passaient le BAC….) Après cette rencontre avec ces deux femmes, je me suis dit que toute prière n’est pas forcément chrétienne ! Alors c’est quoi la prière pour un chrétien ? Le plus simple est de regarder Jésus prier dans les évangiles, comme dans celui de ce dimanche.

Que fait Jésus quand il prie ?

Dans sa longue prière du Jeudi Saint, Jésus commence par ce mot tout simple : Père ! « Père », « Père Saint », « Père juste » . Voilà le premier mot de la prière de Jésus, le premier mot de la prière du chrétien.

  • Prier, c’est donc commencer par se décentrer, s’ouvrir à la présence d’un Autre ! S’ouvrir à Dieu révélé sur le visage de Jésus… Dire : Père !
  • Prier, c’est écouter l’Autre, écouter ce que Dieu nous dit par la vie, la mort et la résurrection de son Fils Jésus Christ. Dans l’Ancien Testament, au livre du Deutéronome, nous avons le premier mot de la foi, le premier mot de la prière juive : « Écoute Israël, le Seigneur notre Dieu est l’Unique. » (Dt 6) Mais aussi l’histoire du petit Samuel qui est dans le temple, qui cherche à prier en vérité, et qui à un moment dit à Dieu : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ! » (1 Sam 3,10)
  • Prier, c’est entrer, avec Jésus Christ, dans les vues de Dieu. C’est faire nôtre ses projets ; c’est accepter de recevoir de lui. C’est bien ce que Jésus nous apprend en disant le Notre Père : « Que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite.. »
  • La prière à l’école de Jésus est donc ouverture à Dieu, mais aussi ouverture aux autres. Dans le passage d’évangile de ce dimanche on constate que Jésus prie beaucoup pour les autres : « Pour ceux qui croiront en moi.. »

La prière à la suite de Jésus nous transforme, nous convertit, nous donne un autre regard sur nous-même, sur les autres, sur l’Église et sur le monde qui nous entoure.
La prière du chrétien, à la suite de Jésus, n’est pas une fuite, une évasion, un tranquillisant pour adoucir la vie ; elle est un ferment qui pénètre nos vies et la transforme jour après jour.
Ma conclusion est simple : Que notre prière rejoigne celle de Jésus. Amen. Abbé Guy Marzin curé.