Editorial (juin 2020) du père G. Lormel : La nature a continué son œuvre ! Enregistrer au format PDF

Mercredi 10 juin 2020
2 votes

C’est en bon connaisseur de la nature et du monde rural que le père Gaëtan nous aide à contempler l’œuvre de Dieu : sortons de nos coquilles pour nous tourner vers le Créateur !

Alors que nous sommes tous confinés et que notre monde est à l’arrêt, la nature n’a pas tenu cette règle quasiment universelle. La nature a continué son œuvre. À la sortie de l’hiver, nous avons vu les arbres se revêtir de leur beau feuillage de printemps, nous avons vu les arbres fruitiers s’habiller de leurs belles fleurs en vue de nous donner de beaux fruits quand l’heure sera venue. Les jonquilles et les arômes sont venus colorer ce printemps si morose, le soleil était au rendez vous pratiquement chaque jour et il était vraiment le bienvenu après cet hiver si pluvieux. Ce qui fait que les jardiniers ont pu consacrer tout leur temps à leur petit coin de jardin pour y faire leurs semis de printemps. Cette année, j’imagine déjà que la récolte sera abondante vu toutes les heures de jardinage passées dans le courtil. J’ai souvent entendu pendant le confinement, ’’ heureusement, nous avons notre jardin ou nous pouvons passer tout notre temps’’.

Printemps à Saint-Agathon
Printemps à Saint-Agathon

Les promesses du printemps

Nos chers amis agriculteurs ont pu profiter de ses beaux jours de confinement pour œuvrer dans leurs champs pour préparer un beau lit de semence à tous ses grains de maïs. Les céréales d’hiver, qui ont survécu à cet hiver si pluvieux, ont pu profiter de ses beaux rayons de soleil de printemps, pour donner leurs plus bels épis en vue de cette moisson, je l’espère, très abondante. Le colza est venu lui aussi jaunir nos campagnes en ce temps pascal, n’est ce pas aussi un signe de la résurrection ? Les vaches sont sorties de leur confinement hivernal pour aller habiter les verts pâturages des prairies. Les premières bottes de foin préparent déjà l’hiver à venir. Oui, a travers cela, je peux dire qu’après l’hiver, il y a le printemps, printemps qui est porteur d’espérance, d’espérance d’une récolte en abondance pour venir combler notre faim. Grâce à cette nature que le Seigneur nous donne, avec l’aide de nos amis agriculteurs et jardiniers, nous pouvons entrevoir de bons repas avec de bons produits de la terre. C’est l’occasion pour moi de remercier tout ce travail effectué malgré le confinement.

Nous avons apprécié le chant des oiseaux et quelques animaux sauvages se sont permis quelques escapades dans les grandes villes, histoire de nous dire que pour une fois, ce n’est pas les hommes qui ont tous les droits mais c’est bien nous les animaux sauvages.

Créatures, nous contemplons le Créateur

Ce printemps si particulier nous permet donc de voir l’œuvre de Dieu dans notre monde, ce temps du confinement nous a permis de contempler cette nature que le Seigneur nous confie chaque jour car ’’c’est bien dans la contemplation que l’homme sent en lui-même l’effet de la grâce divine et qu’il sait la trouver dans les créatures extérieures’’ comme le dirait le pape François. Rendons grâce pour tout ce temps où nous avons admiré la création, ce don de Dieu ! Dans cet univers que nous foulons chaque jour, Dieu est à l’œuvre, Dieu agit sans cesse dans le secret alors disons merci au Seigneur pour cette beauté mystérieuse que nous contemplons à travers la création tout-entière et aussi par le biais des saisons qui se succèdent. C’est ainsi que je peux chanter chaque jour :

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau !
Dieu vivant, Dieu très haut,
Tu es le Dieu d’Amour !
Mon Dieu, tu es grand, tu es beau !
Dieu vivant, Dieu très haut
Dieu présent en toute création.

Abbé Gaëtan Lormel